Changer l'univers graphique : Brest ou Douarnenez

Les sirènes de minuit

Tonnerre de Brest ( 2ème trimestre 2004 )

Double assassinat à Brest, dans une France agitée. Après revendication par un groupuscule révolutionnaire, l’affaire est immédiatement confiée à la police politique. Tandis que la psychose du complot international s’installe, relayée par une flambée de xénophobie, on distingue un coupable idéal… Peu importe s’il a vraiment tué. La vérité ne semble pas bonne à savoir…
Jean-François Coatmeur est un habile conteur. Ce qui semble être un polar noir traditionnel mettant en scène un quatuor détonnant par leurs relations passées ou présentes, devient, au fil du récit, un exercice de politique-fiction. Et l’auteur fait preuve de finesse, car il suppose ce nouveau cadre de référence en arrière-plan des pérégrinations des personnages centraux, laissant ces derniers occuper le devant de la scène au travers d’éléments romanesques traditionnels du genre. Le triangle amoureux, l’envie, la vengeance, le mensonge et, finalement le meurtre. L’interrogatoire du suspect numéro un met alors en lumière le contexte politique dans cette Bretagne « décalée ». Il est question de tentative de séparatisme, de répression implacable et d’unités spéciales de police « dignes » de la Gestapo. Sans que vous ne vous en rendiez-compte, Jean-François Coatmeur vous entraîne de l’autre coté du miroir, dans une réalité autre. La conclusion en devient fondamentalement différente, à mille lieues des enquêtes policières plus ou moins bien bouclées par l’imper de service. Elle n’en est que plus subtile, plus délectable. Comme l’est ce roman… D’autres ne s’y sont pas trompés et lui ont décerné le Grand prix de littérature policière… en 1976. Cependant, s’il s’agit d’une réédition, elle se justifie pleinement : elle n’a pas prix une ride.

G.P./A.Q.

Encre noire - 2ème trimestre 2004


Contact   Actu   Mentions légales   © Jean-François Coatmeur.bzh