Changer l'univers graphique : Brest ou Douarnenez

Des feux sous la cendre

Des feux sous la cendre ( 2 janvier 1995 )

Jean-François Coatmeur n’a plus rien à prouver: il a déjà raflé tous les prix: grand prix de Littérature policière, prix Mystère de la critique, prix du Suspense, sans compter les trophées régionaux dispensés par les cercles littéraires de sa Bretagne natale.
Au faite des honneurs, il pourrait se reposer sur sa moisson de lauriers; heureusement, il continue à écrire et livre à ses lecteurs un roman dans la grande tradition du roman policier français. «Des feux sous la cendre» est un livre horriblement noir, de ces ouvrages qui vous brûlent les mains, partagé qu’on est entre le désir de courir au dénouement et le plaisir de savourer, page après page, le déploiement d’une intrigue finement ciselée.
«Des feux sous la cendre» est un roman à quatre grands personnages: Bernadette 19 ans, Lin sa mère, Théo le père et Jean-François le fiancé. Bernadette est une morte-vivante depuis cette nuit de janvier où on l’a retrouvée grièvement blessée au pied d’une digue de Brest… Quand elle renaît à la vie elle a tout oublié. Mais sa mère, son fiancé, son père veulent savoir. Savoir ce qu’elle faisait ce soir de janvier, ce qu’elle avait vu, entendu ? Qui a voulu la tuer ? L’enquête menée lentement et douloureusement par les proches de Bernadette va aboutir au plus effroyable des dénouements.
Avec ces «Feux sous la cendre», J.F. Coatmeur se place à nouveau en tête des maîtres du suspense et rivalise avec les grands auteurs étrangers dont on a fait, un peu trop vite, les seuls spécialistes du thriller.

M. R.

Le Dauphiné Libéré - Vaucluse Matin - 2 janvier 1995


Contact   Actu   Mentions légales   © Jean-François Coatmeur.bzh