[Temps de lecture : < 1 minute]

Portrait de Jean-François Coatmeur«Jean-François Coatmeur n’appartient pas à la petite chapelle des écrivains policiers célébrés par la critique à la mode: il se tient pour cela bien trop loin des engouements survoltés et souvent fallacieux des cénacles parisiens. Cela ne l’empêche nullement d’être aujourd’hui l’une des figures de proue de l’actuelle littérature policière française, l’une de ses véritable vedettes, et sans conteste notre meilleur auteur de suspense.

C’est que Jean-François Coatmeur possède un don précieux qui semble de nos jours un secret presque perdu: une science incomparable de la construction des intrigues qui fait de lui un des grands maîtres horlogers du mystère (et l’un des rares auteurs français susceptibles de soutenir la comparaison avec les Anglo-Saxons).

De surcroît, cette maîtrise de l’intrigue est associée à une écriture élégante et elle est aussi au service d’un véritable univers romanesque : Jean-François Coatmeur est un remarquable peintre de la province, décors et personnages mêlés. Non point un écrivain régionaliste – il a pris soin de ne pas se cantonner à sa Bretagne natale, et de choisir d’autres contrées : la Vendée, l’Alsace, les alentours de Rodez, Abidjan même dans J’ai tué une ombre, mais un observateur avisé, juste, attentif, des mœurs provinciales.»

Jacques Baudou
Préface de Coatmeur-Sueurs froides (1991)


Actus

Coatmeur parle de lui, sa vocation, ses débuts, ses romans, où certaines de ses histoires pactisent ouvertement avec le surnaturel. découvrez un écrivain fabuleux dans toute sa simplicité.
On y apprend que l'héroïne de Narcose lui est apparue un dimanche matin à l'église de son quartier lors de la messe dominicale, que les débuts de Morte fontaine lui sont venus alors qu'il tournait en rond dans son bureau, que le sujet de la Danse des masques lui a
Dans une interview accordée en mai 2012, Jean-François Coatmeur explique le plaisir qu'il a eu à écrire son dernier roman et comment il traduit sur le papier ses convictions profondes
Dans un texte baptisé « Ancrage », Jean-François Coatmeur nous dit son attachement physique, telle l'ancre du navire, aux marches de l'ouest

Toutes les actus

[Mise à jour : 25 juillet 2022]