Temps Noir n° 17 avril 2014

Publication de La correspondance Narcejac-Coatmeur

[Temps de lecture : < 1 minute]

En 1957, Jean-François Coatmeur adresse son premier roman policier «Que la terre te soit légère » à Thomas Narcejac, enseignant comme lui, mais surtout maître reconnu du roman policier avec son complice Pierre Boileau.

Débutera alors une longue correspondance (de 1957 à 1992) où l’on voit l’écrivain nantais prendre sous son aile le jeune débutant. Il lui prodiguera des conseils de construction de ses intrigues, d’écriture (« Il faut toujours un peu de gaucherie pour rendre le concret »). Mais aussi à remonter le moral de Jean-François l’anxieux.

Dans sa dernière livraison, la revue « Temps noir » publie l’essentiel de cette correspondance (période 1957-1976).

Auteur

Auteur de romans policier, Grand prix de littérature policière en 1976 pour Les Sirènes de minuit (Édition Denoël)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.