Les Monts-d'Arrée en août 2009

Les racines de Jean-François Coatmeur

[Temps de lecture : < 1 minute]

Pouldavid, Douarnenez, Pont-Croix, Brest… S’il n’a jamais été avare de confidences sur ses racines bretonnes, finistériennes dans le cadre des interviews, Jean-François Coatmeur a finalement peu écrit sur lui-même, son enfance, son adolescence. Raison de plus de déguster ces rares récits.

Dans un texte baptisé «Ancrage», rédigé en 1999 pour l’ouvrage Lettres du Ponant, il nous dit son attachement physique, telle l’ancre du navire, aux marches de l’ouest : la mer bien sûr, mais aussi le monde rural et un site qui le fascine : les Monts-d’Arrée.

A découvrir : Ancrage.

Auteur

Auteur de romans policier, Grand prix de littérature policière en 1976 pour Les Sirènes de minuit (Édition Denoël)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.