« Narcose », 1987 - Albin Michel - Spécial suspense

Narcose

[Temps de lecture : < 1 minute]

A Toulon, le lieutenant de vaisseau Alain Ménestrol assiste, avec sa jeune femme Patricia, au bal de la Marine. Les amis, la famille l’entourent, et ce qui devrait être pour lui une fête commence à devenir un cauchemar. Pourquoi? Que craint-il ? Et qu’espère-t-il en entraînant son épouse dans sa fuite soudaine? Une fuite que, bientôt, il vivra seul, traqué par des ennemis dont Patricia voudrait bien connaître le vrai visage. Car ces gens-là ne se contentent pas de menaces : ils torturent et ils tuent.

Dans ce captivant suspense, l’auteur de Yesterday fait découvrir un milieu qu’il connaît bien : la Marine, avec son code de l’honneur, ses servitudes, ses angoisses, ses joies. Mais pour la première fois dans son œuvre, Jean-François Coatmeur donne le premier rôle à un bouleversant personnage de femme : celle qui reste en marge et doit assumer non seulement l’éducation des enfants, les drames familiaux mais aussi la peur de l’inconnu : la jeune Patricia sera en effet brutalement confrontée à l’horreur.

Comment nait un roman ? Où se niche l’inspiration ? Pour le personnage de Patricia, épouse du lieutenant de vaisseau Alain Ménestrol, tout a commencé à 200 mètres de l’appartement de l’auteur lors d’une cérémonie religieuse :

(2012 – entretien à Oufipo, Retrouvez l’intégralité de l’entretien)

  • Albin Michel – Spécial suspense (1987)

Le Coatmeur nouveau débarque !

Tous les fans du polar attendaient avec une certaine fébrilité la nouvelle livraison de Coatmeur, le maître brestois du genre. La voici toute fraichement débarquée de la «Jeanne»: «Narcose».
D’une précision millimétrique, exacte jusqu’à la manie, l’écriture de «Narcose» le nouveau roman de Jean-François Coatmeur triture le temps, étire délicieusement heures et minutes au long de 281 pages d’un suspense calculé au 1/10° de seconde près par le talentueux auteur brestois.
Des ports Mac Orlan faisait autrefois jaillir la poésie. Dans ces carrefours de la mer Coatmeur décèle dans chaque ombre, derrière chaque visage, des lueurs de doute, d’inquiétude qui à Toulon vont faire basculer le quotidien d’une femme de marin dans un hallucinant cauchemard.
«Narcose» comme overdose ? Avec COATMEUR jamais.

G. Lenoir

Brest Magazine - Juin 1987

Suspense - Narcose

A Toulon, les courtes vacances de Patricia et Alain Menestrel – lieutenant de marine – sont assombries par le comportement inhabituel de ce dernier. Il rentre d’Athènes où il a passé deux ans comme conseiller militaire et doit réembarquer à Brest. Le voyage pour Brest est plus que mouvementé: tergiversation d’Alain, changements d’horaires et d’itinéraire, accident de voiture.
Alain embarque. Commence alors pour Patricia la longue attente des femmes de marin. Tandis qu’Alain tente de déjouer les pièges tendus à chaque escale, Patricia mène son enquête… Elle découvrira l’horreur…
Un très beau roman où la vérité des personnages s’ajoute à la qualité du récit.

Geneviève Poulet

La Vie - 21 octobre 1987

Auteur

Auteur de romans policier, Grand prix de littérature policière en 1976 pour Les Sirènes de minuit (Édition Denoël)